Hommage à Samuel Paty

Le 16 octobre 2020, Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie, était décapité par un jeune terroriste islamiste non loin de son établissement. Un an après l’horreur, comment perpétuer sa mémoire et celle de son enseignement civique ?

Par Antony Soron, maître de conférences, formateur agrégé de lettres, INSPÉ Paris.

Les Démons à la Comédie-Française : l’émotion hors-champ

Le dramaturge flamand Guy Cassiers relève le défi d’adapter pour les planches le roman fleuve de Fiodor Dostoïevski. Présentée à la Comédie-Française, sa mise en scène intègre la vidéo pour recréer des liens virtuels entre des personnages qui se parlent sans s’écouter. Mais c’est à l’écart des écrans que le théâtre surgit le mieux dans cette pièce.

Par Philippe Leclercq, professeur de lettres

Walt Disney : où sont passés les animaux ?

Foin d’anthropomorphisme et disparition des espèces : le règne animal décline jusque dans les films Disney. Une étude du Muséum national d’histoire naturelle sur les productions de 1937 à 2010 conclut à une régression nette de la biodiversité, mais aussi de la représentation de la nature. Quid de la sensibilisation ?

Par Philippe Leclercq, professeur de lettres spécialisé dans le cinéma

Comme tu me veux, de Luigi Pirandello : le choix de Lucia

Comme tu me veux achève un cycle de Luigi Pirandello sur l’identité et la vérité. Mis en scène par Stéphane Braunschweig à l’Odéon-Théâtre de l’Europe dans un décor nu, la pièce séduit par la tension qui croît autour de Lucia et de la décision qu’elle doit prendre : qui a-t-elle envie d’être ?

Par Pascal Caglar, professeur de lettres

Eugénie Grandet
De l’ombre à la lumière

Un beau clair-obscur et un montage ralenti pour mieux coller au rythme du récit balzacien : Marc Dugain dépeint une Eugénie Grandet avide d’amour dans l’obscurité de la prison paternelle. Sous les traits de Joséphine Japy, la jeune femme trouve refuge et salut dans le contact avec la nature.

Par Philippe Leclercq, professeur de lettres, spécialiste de cinéma

« J’habite ici » au Théâtre du Rond-Point

La dernière pièce de Jean-Michel Ribes est une comédie moliéresque sur les mœurs de notre temps, un délice de dérision et de satire. De quoi nourrir une réflexion sur les caractères du moment : l’écolo, le raciste, le végane, et ce genre qui consiste à rire des travers de nos sociétés.

Par Pascal Caglar, professeur de lettres