« Les Quatre Filles du docteur March », de Louisa May Alcott, dans la collection « Illustres Classiques »

Une mise en images magnifiquement pensée

Alors qu’une nouvelle adaptation cinématographique des Quatre Filles du docteur March s’apprête à déferler sur les écrans du monde entier, les éditions l’école des loisirs inaugurent la collection « Illustres Classiques » avec le roman de Louisa May Alcott et Les Hauts de Hurle-Vent, d’Emily Brontë. Cette version illustrée des Quatre Filles reprend le texte publié en 2010 par Malika Ferdjoukh dans la collection « Classiques », mais destitue le pasteur March de sa vocation sacerdotale pour lui redonner le titre de médecin que lui avait décerné un peu inconsidérément Hetzel, le premier traducteur français de l’œuvre de Louisa May Alcott.

Dans sa traduction, Malika Ferdjoukh a eu l’astuce de concilier la vérité (le père des filles March est bien pasteur et non docteur) aux références de la tradition francophone. Elle a su, d’une part, restituer le caractère fantasque, intransigeant et indépendant de Jo et, d’autre part, restaurer l’arrière-plan protestant (occulté par Hetzel) sans lequel le roman perd une grande part de sa saveur.

S'abonner


Pour accéder instantanément à l’ensemble des ressources de l'École des lettres : plus de 6 000 articles et dossiers téléchargeables, des séquences toujours expérimentées en classe, l'actualité pédagogique et culturelle en lien avec les programmes.


Je m'abonne