Amour et/ou mariage
dans la littérature du Moyen Âge

Il n’y avait d’amour qu’en dehors du mariage et de la morale dans une partie de la littérature du Moyen Âge, où se retrouvent des couples comme Lancelot et Guenièvre ou encore Tristan et Iseult. Il ne faudrait pas oublier pour autant la littérature anti-courtoisie et la théologie du mariage développée par l’Église.
Par Jean-Louis Benoit, maître de conférences (HDR) à l’université de Bretagne occidentale
Plan de la séquence

➤ Durendal, mon amour !
➤ La fin’amor
➤ Le couronnement conjugal
➤ La littérature anti-courtoise
➤ L’Église et l’amour dans le mariage
➤ « Marie fontaine de courtoisie »

L’amour n’est peut-être pas une invention française du xiie siècle, comme l’aurait écrit Charles Seignobos ou suggéré Denis de Rougemont. Il n’en reste pas moins qu’une certaine conception de l’amour, portée par des poètes de langue d’oc, s’est dessinée à cette période. Elle est d’ailleurs restée prégnante jusqu’à nos jours. L’amour d’un homme et d’une femme devient pour longtemps le sujet principal de la littérature (et aujourd’hui du cinéma). […]

Pour lire la suite, téléchargez l’article ci-dessous ou abonnez-vous !
Niveau(x) d'études :
Première, Terminale, Agrégation
Fichier(s) lié(s) :