Honoré de Balzac : famille et paternité dans « Le Père Goriot »

Évincé dès sa naissance du foyer familial, peu choyé par les siens et en particulier par sa mère, Balzac, fragilisé par la désunion des siens, a regretté toute sa vie de ne pas être au sein d’un clan, lié par l’esprit de famille et rendu invulnérable par cette union même. La famille est, en effet, à ses yeux la cellule de base, le tout organisé qui doit protéger l’individu. C’est pourquoi, de proche en proche, la famille Balzac, qui a exclu le fils prodige en le mettant en nourrice, puis au collège de Vendôme, a fourni au jeune écrivain les éléments d’un « roman familial » sur lequel « La Comédie humaine » est une suite de variations…
Ecrivain :
Oeuvre :
Programmes :
lecture - récits du 19e siècle
Fichier(s) lié(s) :
Abonnez-vous pour acceder aux fichiers...
Page(s) :12