« Retour aux sommaires

Lectures pour les collégiens

Lectures pour les collégiens

Une sélection de titres du CM2 à la seconde établie par le ministère de l’Éducation nationale pour la rentrée 2012.

La liste des lectures pour les collégiens établie par le ministère de l’Éducation nationale propose une série d’ouvrages destinés à « enrichir l’expérience des élèves et vient compléter les titres de la littérature patrimoniale des programmes du collège ».
Cette liste de récits, romans, contes, pièces de théâtre, recueils de poésies, bandes dessinées présente les ouvrages conseillés par niveaux de classe et « s’enrichira, dès la rentrée 2012, en fonction des propositions du comité de lecture et du renouvellement des productions éditoriales ».
Ces titres sont, pour la plupart, « des ouvrages récents de littérature de jeunesse ou des ouvrages jugés accessibles à des collégiens et dont la qualité suscite le plaisir de lire ».
L’École des lettres a consacré des dossiers à plusieurs de ces titres. Ceux qui n’ont pas encore été étudiés le seront en cours d’année sur www.ecoledeslettres.fr

feuilleter en ligne

Télécharger le catalogue 6820 Ko

Commander des exemplaires du catalogue

Lire la suite

« Troie, la guerre toujours recommencée », d’Yvan Pommaux

par Christian Poslaniec et Réjane Niogret

Le nouvel album d’Yvan Pommaux s’inscrit dans sa série mythologique et narre la guerre de Troie en suivant pas à pas l’ Iliade d’Homère. Or, clin d’œil ironique de la postérité, ce que tout le monde connaît de cette guerre littéraire antique, c’est le cheval de Troie, inventé par le rusé Ulysse, alors que cet épisode ne figure pas dans l’Iliade, mais est raconté dans l’ Odyssée.
On peut donc entrer dans l’œuvre de l’auteur par ce paradoxe. En constatant, tout d’abord, que dans l’album précédent, intitulé Ulysse aux mille ruses (L’École des loisirs, 2011), l’épisode du cheval est conté par l’aède Démodocos ; ensuite, qu’à la fin du nouvel album, les enfants à qui le narrateur relate l’histoire contestent la fin de l’ Iliade – « Quoi ? C’est pas une fin, ça ! », « Qui a gagné la guerre ? ».

Lire la suite

« Perceval ou le Conte du Graal », de Chrétien de Troyes

par Jean-Pierre Tusseau

L’étude d’un roman de chevalerie et l’image du chevalier figurent au programme de l’enseignement du français au collège en classe de cinquième. À partir de Perceval ou le Conte du Graal, de Chrétien de Troyes, on peut aborder ces deux questions.
L’ouvrage, qui met en scène les chevaliers de la cour du roi Arthur, permet de découvrir le monde de la Table Ronde et l’un de ses représentants les plus prestigieux, Gauvain. On peut également y suivre la formation et l’évolution de Perceval, un jeune homme sauvage, rustre et ignorant s’affirmant progressivement comme une figure marquante du roman qui fait apparaître, pour la première fois dans notre littérature, le mystérieux motif du Graal.

Lire la suite

Entretien avec Christian Lehmann

En novembre 2012, la désormais mythique série des No pasarán devient une trilogie. Un livre en grand format réunira les deux premiers titres, No pasarán, le jeu et Andreas, le retour, dans une version revue par l’auteur. Le second volume, No pasarán, endgame, constituera le dernier, et riche, volet du triptyque...
Dans le même temps, le premier tome de l’adaptation en bande dessinée de No pasarán, le jeu, paru chez Casterman, est repris dans la sélection « Médium max » 2012-2013 de l’école des loisirs...
Christian Lehmann a bien voulu revenir sur sa démarche de création pour les lecteurs de l’École des lettres.

Lire la suite

« No Pasarán, le jeu », de Christian Lehmann et Antoine Carrion

par Olivier Dufaut

S’il s’inscrit dans le genre fantastique, le roman de Christian Lehmann, No pasarán, le jeu, paru en 1996 dans la collection « Médium », offre également des résonances historiques, politiques, et sociales qui n’ont rien perdu de leur actualité.
En effet, l’auteur y aborde à la fois les thèmes de la violence dans les jeux vidéo, de l’addiction (aux mêmes jeux, à la télévision, aux psychotropes), et du rapport à l’image. La manipulation de l’homme par les représentations et les ordinateurs est donc au cœur de son propos.
Ces sujets sont devenus relativement fréquents dans la littérature fantastique ou policière de jeunesse, mais, à travers la métaphore du jeu vidéo, Christian Lehmann interroge également le racisme et la fascination d’un adolescent pour le fascisme et le néonazisme.
Cependant, les thèmes de l’amour et de l’amitié, susceptibles de transcender les différences culturelles, sociales et politiques, sont aussi présents dans le récit et porteurs d’espoir.

Lire la suite

Étude du roman « No Pasarán, le jeu », de Christian Lehmann

Donné à une bonne quatrième, No pasarán, le jeu suscite l’engouement des adolescents. Depuis sa parution à l’automne 1996, ce livre a recueilli des critiques de médias dans très élogieuses. Cependant le roman touche des sujets délicats – la violence dans les jeux vidéo et le néonazisme, auquel adhère l’un des personnages principaux. Cet article propose une étude détaillée du roman et en éclaire l’arrière-plan historique.

Lire la suite

Étude du roman « La Citadelle des cauchemars », de Christian Lehmann

Il est fréquent, en classe de quatrième, d’aborder le genre fantastique, en partant de nouvelles ou d’œuvres plus longues, puisées dans les grands classiques du XIXe siècle (Maupassant, Mérimée, Stevenson…), ou encore de textes contemporains, destinés ou non à la jeunesse, parfois situés en marge du genre, mêlant le fantastique proprement dit à la science-fiction ou au policier par exemple. En tout cas la tâche est plus ardue, surtout en raison de la difficulté des œuvres de référence, si l’on s’engage dans l’une des voies possibles du fantastique, celle pourtant qui a peut-être le plus de chance de conquérir nos élèves – le roman écrit pour effrayer, tel qu’il s’enracine dans le « roman noir», voire « gothique ».
Or, La Citadelle des cauchemars, œuvre tout à fait contemporaine et accessible, se présente comme une ardente défense des grands ancêtres du genre et nous permet de nous plonger à la fois dans les cauchemars et dans la littérature !

Lire la suite

« Il était une fois dans l’Est », d’Audren

par Norbert Czarny

Les nouveaux programmes de troisième, qui entrent en vigueur cette année, préconisent l’étude des « Récits d’enfance et d’adolescence », et, dans le cadre de « Romans et nouvelles des XXe et XXIe siècles », un « regard sur l’histoire et le monde contemporains ». La lecture d’Il était une fois dans l’Est répond à ces deux exigences.
Les travaux que nous envisagerons ici ont pour objectif de passer de la lecture à la création en s’inspirant de cette phrase de la narratrice – « De mes années passées à l’Est, je garde en mémoire des tableaux ponctuels, sans chronologie, sans liens évidents, un musée d’enfance en désordre que j’aimerais vous faire visiter aujourd’hui. »

Lire la suite

Liaison troisième-seconde – introduction à la dissertation

par Marie-Claude Hibert

Lorsqu’en classe de seconde, pour la première fois de l’année, l’enseignant prononce le mot « dissertation », la classe bascule soudain dans la sidération ; puis, chacun laisse échapper un soupir résigné, convaincu d’entrer dans un cycle infernal d’épreuves inéluctables...
Pourtant fiers d’accéder au statut de « grands » (il ne s’agit plus de composer une « rédaction »), les élèves redoutent d’affronter cette tâche jugée ennuyeuse, ardue, insurmontable. L’exercice a mauvaise réputation. Au baccalauréat, c’est indiscutablement le commentaire que les candidats privilégient. Tout se passe comme si la mémoire collective inscrivait l’exercice dans la lignée de rites initiatiques éprouvants.
Que faire quand un élève habituellement capable de réflexion organisée se montre soudain désemparé ?

Lire la suite

Concours « Dis-moi dix mots » 2012-2013

Organisé depuis sept ans par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, et par le ministère de l’ É d u c a t i o n nationale, le concours des Dix mots rencontre un succès croissant, aussi bien en France qu’à l’étranger, puisque trois cent vingt établissements y ont participé cette année.
La thématique choisie pour l’année 2012-2013 – Dis-moi dix mots semés au loin – vous permettra de mobiliser vos classes autour d’un projet fédérateur qui a toute sa place dans les programmes.
Si la langue française n’a cessé, tout au long de son histoire, d’emprunter des mots à d’autres langues, on oublie à quel point le français reste vivant dans les langues étrangères, qui depuis longtemps lui empruntent en retour nombre de mots et d’expressions.
Les dix mots de cette nouvelle édition ont été choisis parmi ceux que nous ont empruntés d’autres langues comme l’allemand, l’anglais, le polonais, le portugais, le russe, le néerlandais, l’espagnol ou l’italien – atelier, bouquet, cachet, coup de foudre, équipe, protéger, savoir-faire, unique, vis-à-vis, voilà.

• Contact – Claude Riva - courrier@ecoledeslettres.fr

Lire la suite

sommaire n°1 2012-2013