« Retour aux sommaires

À la rencontre d’Yvan Pommaux

À la rencontre d’Yvan Pommaux

par Réjane Niogret et Christian Poslaniec

Il dit qu’il est un auteur heureux, et on le croit. Sur sa table à dessin, campée au dernier étage de sa maison tout en hauteur, les planches de son prochain livre.
Après Ulysse aux mille ruses, il s’est attaqué à l’Iliade, avec force casques, lances, épées, javelots. Les deux titres qui étaient alors en lice pour dénommer le cinquième ouvrage de l’aventure antique – L’Iliade, la guerre toujours recommencée ou L’Iliade, la mère de toutes les guerres – en disent un bout sur le vaste programme qu’à soixante-six ans, le papa de Lola, John Chatterton, Angelot du Lac, Théo Toutou et autres héros, a décidé de transmettre.
Le livre suivant, dans cette collection, encore plus ambitieux, se profile déjà. Ce sera une histoire du monde, de son évolution, non pas celle des rois et des puissants, mais « la nôtre, dit-il, celle des hommes, des femmes, des enfants qui peuplent notre planète ».

Lire la suite

Influences littéraires et picturales

À moi, conte, deux mots ! L’univers du conte chez Yvan Pommaux

par Réjane Niogret et Christian Poslaniec

Comme le théâtre et le cinéma, le conte irrigue toute l’œuvre d’Yvan Pommaux.
En effet, l’auteur s’empare de ces trois formes culturelles pour constamment souligner la confrontation entre réel et imaginaire.
Cependant, avec le conte, s’opère une sorte de retournement dans lequel réel et imaginaire finissent par échanger leurs modes de fonctionnement.

Lire la suite

Yvan Pommaux et la littérature du Moyen Âge

par Christian Poslaniec

Yvan Pommaux explique avoir choisi le Moyen Âge pour une raison précise, sans goût particulier pour cette période – il avait envie de mettre en scène une « bande d’enfants livrés à eux-mêmes ». Le Moyen Âge, époque historique sur laquelle il pouvait aisément s’informer, permettait cette situation – « Je me suis beaucoup documenté, et puis j’ai rangé la quasi-totalité de cette documentation, recherchant une ambiance, un esprit des lieux et du temps, plutôt qu’une exactitude rigoureuse. »
Son ancrage dans la période se fera donc principalement à travers des citations d’œuvres littéraires. Voilà qui peut donner l’occasion aux enseignants de faire découvrir à leurs élèves un pan de l’histoire littéraire tout en s’appuyant sur un récit passionnant.

Lire la suite

Tout ça, c’est du cinéma

par Christian Poslaniec

L’œuvre d’Yvan Pommaux entretient un rapport étroit avec le monde du cinéma. Ses bandes dessinées comportent, comme les films – la bande dessinée a, d’ailleurs, été appelée le « cinéma de papier » –, un scénario précis, des personnages répartis en premiers et seconds rôles, des dialogues et des cadrages cinématographiques. Les liens entre le cinéma et l’auteur sont donc nombreux et de natures différentes, ce qui peut donner l’occasion d’en explorer certains avec les élèves.

Lire la suite

Yvan Pommaux – influences et libertés

par Olivier Dufaut

Il paraît intéressant, pour définir le style d’Yvan Pommaux, de l’envisager sous le prisme de ses influences, de ses sources d’inspiration (revendiquées comme inconscientes) et de son rapport à l’art sous toutes ses formes – peinture, sculpture, architecture, illustration, bande dessinée, littérature...
Nous verrons que, dans toute son œuvre, nombreuses sont les références artistiques, les clins d’œil pour les amoureux du détail, les mises en abyme ou les hommages sincères et prononcés.

Lire la suite

L’œuvre au berceau – un carnet de notes d’Yvan Pommaux

par Claire Doquet

Sartre écrivait dans des cafés, Proust dans son lit, Zola dans son cabinet de travail. Stendhal dictait ses romans, Althusser tapait à la machine, Andrée Chedid écrivait au feutre, Paul Fournel utilise le traitement de texte.
L’atelier des Pommaux – un grand bureau en soupente, parsemé de manuscrits, d’éditions originales, d’albums, de réalisations plastiques, et agencé pour les tâches de Nicole, coloriste, et d’Yvan, auteur-illustrateur – reflète la variété et, en même temps, l’unité profonde de l’œuvre.
Cahiers, carnets, feuilles volantes, les supports de la création sont également variés, chacun donnant lieu à un usage singulier et rassemblant, le plus souvent, plusieurs ouvrages à venir.

Lire la suite

Les univers intimes d’Yvan Pommaux

Récurrences

par Christian Poslaniec

Les récurrences sont fréquentes, et de natures différentes, dans les œuvres d’Yvan Pommaux – récurrences dans l’apparence des personnages, dans certaines péripéties, dans des filiations cachées... Tout se passe comme si l’auteur reliait, non sans malice, l’ensemble de ses livres par des fils discrets.

Lire la suite

L’artiste au travail

par Réjane Niogret et Christian Poslaniec

La créativité d’Yvan Pommaux ne se limite pas aux genres de l’album et de la bande dessinée ; théâtre, cinéma, poésie, roman, il s’intéresse à tout. C’est Yvan Pommaux qui a créé, sous forme de collages, certains des tableaux que l’on voit chez lui. Il fabrique aussi des jeux ou des voitures pour ses petits-enfants et construit souvent en trois dimensions les maisons qu’il dessine ensuite dans ses livres. À observer ses créations, à l’écouter en parler, on s’interroge – ne serait-il pas sans cesse en quête de nouveaux défis ?

Lire la suite

Chez Yvan Pommaux

par Réjane Niogret et Christian Poslaniec

La sensation ne manque pas de singularité. Vous appuyez sur la sonnette de l’habitation d’Yvan Pommaux, l’auteur-illustrateur avec qui vous avez rendez-vous pour une interview. Il vous accueille et, après les civilités d’usage, vous introduit dans sa jolie petite maison située sur les hauteurs de Tours. Dans l’escalier, que vous êtes invité à grimper, depuis le hall d’entrée, vous vous retournez. Et aussitôt, c’est le choc ! Le premier ! Car la porte d’entrée vous rappelle quelque chose. Il faut dire que vous avez relu, la veille, certain ouvrage d’Yvan Pommaux, où vous avez remarqué une porte féerique, avec des volutes en fer forgé d’une grande élégance…

Lire la suite

Bibliographie des ouvrages cités dans le numéro 401 Ko

Tous les livres d’Yvan Pommaux à l’école des loisirs

Entretien avec Yvan Pommaux

Écouter les six séquences

  • Les contes de fées ne sont pas la vie
  • Des princesses en tailleurs
  • Influences
  • Style sur mesure
  • Un art appliqué
  • Que nous disent les shishi ?

Transcription de l’entretien avec Yvan Pommaux 1,3 Mo

Dans la base de données de l’École des lettres

L’intertextualité et la complémentarité du texte et des images dans les albums d’Yvan Pommaux

par Nadine Travacca

Ce travail, destiné aux élèves de sixième, propose de comparer deux albums qui font référence au conte de Charles Perrault, Le Petit Chaperon rouge – Le Tunnel, d’Anthony Browne et John Chatterton détective, d’Yvan Pommaux.

Lire la suite

« Rue Marivaux », d’Yvan Pommaux

par Patricia Fize et Claude Gapaillard

Les élèves lisent peu d’œuvres théâtrales – ils n’ont pas facilement accès à ce genre très codé et qui exige des représentations mentales complexes. Avec Rue Marivaux (d’après La Double Inconstance), Yvan Pommaux1 a réalisé une double transposition – il a tout d’abord construit un léger cadre narratif dans lequel des adolescents répètent une pièce de Marivaux. Puis il a dessiné ce contexte et cette répétition qui donne, grâce à la bande dessinée, à voir et à lire le texte de théâtre.
Faire découvrir à nos élèves cette écriture originale constitue un moyen de les aider à bien comprendre la spécificité du discours dramatique et donc à lire ce genre.

Lire la suite

Une manière originale d’aborder Marivaux – « Rue Marivaux », d’Yvan Pommaux

par Laurence Sieuzac

Dans son adaptation, Yvan Pommaux illustre avec finesse et pertinence l’hésitation entre la sincérité amoureuse et la violence morale. Il simplifie légèrement le texte de Marivaux, tout en respectant les répliques où chaque mot compte. En outre, le genre retenu, la bande dessinée, favorise l’accessibilité du texte par un public adolescent qui peut aisément se reconnaître dans ces jeunes – dans l’incipit, ils se chamaillent puis, arrivés au centre culturel, endossent leurs rôles dans la pièce. De plus, le genre de la bande dessinée permet de réfléchir à la problématique du texte de théâtre et de sa représentation puisque chaque planche est une proposition scénique. Ce livre constitue donc une initiation aussi originale que pertinente au théâtre de Marivaux.

Lire la suite 201 Ko

« Véro en mai » d’Yvan Pommaux et Pascale Bouchié

par Laurent Guyon

Véro en mai est un album enjoué. Par sa couverture d’abord – une petite fille, bras écartés, visage souriant et jupe plissée flottant au vent, court vers nous lecteurs en franchissant d’un bond un caniveau. Le caniveau, le trottoir et la rue sont gris mais les murs sont décorés de slogans rouges, blancs, noirs – L’imagination au pouvoir, Sous les pavés la plage, Cours camarade le vieux monde est derrière toi, Créez, etc.
L’album est gai également grâce à son personnage – Véro a neuf ans, elle est aussi ingénue, vive, pleine de questions et d’enthousiasme qu’on peut l’être à cet âge. Enfin, l’album est réjouissant grâce à ses couleurs, son dessin net au trait fin, sa mise en page aérée et pourtant fourmillante de détails.
Dense, riche, comprenant plusieurs niveaux de lecture, l’étude de Véro en mai peut être abordée de manières très diverses. Une démarche possible est de s’intéresser d’abord à son contenu narratif, ensuite à son fonctionnement, pour élargir enfin la recherche aux multiples thèmes qui parcourent l’album.

Lire la suite

« Thésée », d’Yvan Pommaux et « Pompéi a disparu », d’Olivier Mélano

par Laurent Guyon

En 1966, une trière du Ve siècle avant J.-C. est découverte entre les côtes grecques et crétoises. Les plongeurs remontent un vase sur lequel est représentée la lutte de Thésée et du Minotaure. Un archéologue raconte cette histoire aux jeunes plongeurs. L’époque contemporaine s’efface pour laisser place aux temps anciens, quand Égée tombe amoureux d’une fille de Trézène, la belle Aïthra. Neuf mois plus tard, alors qu’Égée est retourné régner à Athènes, Aïthra donne naissance à un fils,Thésée.
Ainsi commence l’histoire du héros, écrite et dessinée par Yvan Pommaux dans un grand album, Thésée,comment naissent les légendes. Le récit est complet et reprend les événements de la vie de son héros avant d’aborder l’épisode principal du Minotaure.

Lire la suite

« Ulysse aux mille ruses », d’Yvan Pommaux

par Christian Poslaniec

Mythologie ou littérature, les albums d’Yvan Pommaux recréent l’univers légendaire de l’Antiquité grecque. Tout en s’inscrivant également dans des mythes littéraires et cinématographiques contemporains déjà abordés à travers l’invention du monstre dans L’Île du monstril (L’École des loisirs, 2000). On proposera aux élèves d’en comparer les couvertures. Ils constateront qu’elles représentent toutes un affrontement entre le héros éponyme et de redoutables créatures mythiques – Orphée tente d’amadouer, par son chant, Cerbère, le chien à trois têtes qui garde l’entrée des Enfers ; Œdipe risque sa vie en se soumettant à la question d’un Sphinx qui dévore ceux qui ne savent pas lui répondre ; Thésée affronte le Minotaure ; quant à Ulysse, ligoté au mât de son navire, il entend les sirènes – elles aussi dévorent les humains qui, charmés par leurs chants, les suivent jusqu’à leur repaire...

Lire la suite

Sommaire, n°6-7 2012-2013