Mourlevat couronné

Jean-Claude Mourlevat était déjà bien connu des lecteurs jeunesse pour, entre autres, L’Enfant océan (Pocket jeunesse, 1999), La Rivière à l’envers (Pocket Jeunesse, 2000), Le Combat d’hiver (Gallimard, 2006). Le 30 mars, il a été sacré du grand prix international de littérature jeunesse suédois Alma-Astrid Lindgren 2021...

Jean-Claude Mourlevat était déjà bien connu des lecteurs jeunesse pour, entre autres, L’Enfant océan (Pocket jeunesse, 1999), La Rivière à l’envers (Pocket Jeunesse, 2000), Le Combat d’hiver (Gallimard, 2006). Le 30 mars, il a été sacré du grand prix international de littérature jeunesse suédois Alma-Astrid Lindgren 2021. « Jean-Claude Mourlevat revisite brillamment la tradition du conte, abordant les sujets les plus beaux, comme les plus difficiles, a déclaré le prestigieux jury. Ses récits abolissent le temps et l’espace et évoquent dans une prose onirique et efficace des questions éternelles comme le désir et l’amour, la vulnérabilité et la guerre. » Dernier roman paru : Jefferson (Gallimard, 2018). Soit les aventures d’un hérisson délicat, fou de romans d’aventures et fin du museau qui, victime d’une grave méprise, enquête sur un meurtre dont il est accusé. Une piste l’entraîne de l’autre côté de la barrière, chez les humains dévoreurs d’animaux. Le plus croustillant dans ce roman policier, c’est la personnalité des personnages, leur manière de s’exprimer et leur propension au second degré dans un anthropomorphisme tellement assumé qu’ils en semblent supérieurs en bien des aspects à la prétendue espèce dominante. Notamment dans leur propension au vivre-ensemble. Et le petit animal en costume qui se fait piéger en allant se faire tailler la houppette chez le coiffeur de nous tendre un drôle de miroir. 

Jean-Claude Mourlevat, Jefferson, « Folio Junior », Gallimard, 224 pages, 6,80 euros. 

Image par défaut
l'École des lettres