Ressources numériques et enseignement de la littérature

Si l’homme numérique vit autrement, il lit autrement, explique Magali Brunel, universitaire, qui a mené une passionnante enquête auprès de quatre-vingt-dix enseignants de littérature pour savoir comment leurs méthodes suivaient cette mutation.

Si l’homme numérique vit autrement, il lit autrement, explique Magali Brunel, universitaire, qui a mené une passionnante enquête auprès de quatre-vingt-dix enseignants de littérature pour savoir comment leurs méthodes suivaient cette mutation.

Que peuvent apporter les ressources numériques à l’enseignement de la littérature ? Comment s’enseigne la littérature quand le numérique est sollicité ? Quels peuvent être les intérêts de ces nouvelles ressources pour les élèves ? Telles sont les principales questions que pose Magali Brunel en introduction de cet essai qui prolonge sa thèse de doctorat. « Nous vivons une mutation profonde, du fait même des évolutions technologiques », explique-t-elle en citant Michel Serres (Petite Poucette, 2012) : l’humain d’aujourd’hui « n’a plus le même corps, la même espérance de vie, ne communique plus de la même façon, ne perçoit plus le même monde, ne vit plus dans la même nature, n’habite plus le même espace. […] N’ayant plus la même tête que ses parents, il ou elle connaît autrement. Il ou elle écrit autrement… » Et lit autrement, par la même occasion. Ce travail s’appuie sur une enquête menée auprès de 90 enseignants de littérature, l’analyse de 26 séances de littérature au lycée et de 174 rapports d’inspection. « Force est de constater avec l’auteure que ces usages ne transforment guère ‘‘ les équilibres traditionnels de l’enseignement ’’ de la littérature », annonce Sylviane Ahr, professeure émérite des universités, en préface. Quand l’enjeu serait d’utiliser le numérique pour faire évoluer les techniques d’enseignement. Comme d’écrire sur écran, dans un texte d’auteur pour envisager des productions directement amarrées au texte de l’écrivain, ce qui les positionne en coauteurs ; ou d’associer écriture hypertextuelle (autour du texte central) et métatextuelle (qui parle du texte lui-même) en fanfictions, ces récits écrits par des fans qui prolongent par exemple le texte de Harry Potter ou de Game of Thrones. Ceci afin de solliciter les compétences des élèves et leurs capacités d’interprétation et de création. Ces expériences de renouvellement didactique tentées avec des classes de troisième sont explicitées et analysées, séquences à l’appui, dans cet essai passionnant.

Magali Brunel, L’enseignement de la littérature à l’ère du numérique. Études empiriques au collège et au lycée, Presses universitaires de Rennes, 349 p., 26 euros.

Image par défaut
l'École des lettres