"Rumeurs et Petits Jours", par le Raoul Collectif

"Rumeurs et Petits Jours", par le Raoul Collectif © Céline Chariot
« Rumeurs et Petits Jours », par le Raoul Collectif © Céline Chariot

Les cinq acteurs-metteurs en scène belges du Raoul Collectif – Romain David, Jérôme de Falloise, David Murgia, Benoît Piret, Jean-Baptiste Szézot – ont présenté leur deuxième spectacle au festival d’Avignon 2016.
Avec beaucoup d’humour, d’auto-dérision et de sens critique, ils restituent l’atmosphère, dans les années « septante », d’une émission de radio culturelle dont les chroniqueurs viennent d’apprendre la suppression, faute de soutiens financiers.

.

Sous le signe d’Henri Michaux

Introduite par un aphorisme d’Henri Michaux – « Faute de soleil, sache mûrir dans la glace » –, cette dernière émission va être l’occasion pour ces personnages de poursuivre leur ambition, celle de se consacrer à la beauté, mais aussi de s’interroger sur ce qu’est une parole collective et de remettre en question la pensée libérale héritée de l’après-guerre. Avec les moyens du théâtre, ils vont tenter de déconstruire l’implacable formule thatchérienne, « There is no alternative » – il n’y pas d’alternative au modèle économique capitaliste – en incarnant « Tina ».
Le spectateur suit l’évolution de ce groupe en crise, d’abord confronté à des défaillances techniques et à des impasses intellectuelles dans un studio ringard et enfumé. Les cinq chroniqueurs se disputent avec une mesquinerie irrésistible, débattent, répondent au courrier des auditeurs arrivé par Télex, décrivent les espèces menacées, trouvent un accord à travers la musique et le chant, réfléchissent à une nouvelle forme d’organisation possible et finissent par créer un « plan B », un îlot de résistance porteur d’une autre vision de la société.

.

Des « petits jours » plutôt qu’un grand soir

La métaphore animale traverse le spectacle, en particulier avec une histoire de cheval et de vache, prétexte à de multiples interprétations politiques :
« Dans un pré exigu paissent une vache et un cheval. La nourriture est la même, le lieu est le même, le maître dont ils dépendent est le même et le gamin qui les fera rentrer est le même. Néanmoins la vache et le cheval ne sont pas “ensemble ”. L’un tire l’herbe de son côté, l’autre de l’autre sans se regarder, se déplaçant lentement, jamais très proches et si cela arrive, ils paraissent ne pas se remarquer. Aucun commerce – ils ne s’intéressent pas l’un à l’autre – mais pas non plus d’agression, ni querelle, ni humeur. »
Cela aussi vient de Michaux, dans Poteaux d’angle.

Gaëlle Bebin

 
Présentation vidéo : « Rumeurs et Petits Jours », par le Raoul Collectif.
• Dates de tournée en France :
– du 11 au 15 octobre 2016 au Théâtre de la Croix Rousse, à Lyon,
– du 18 au 19 octobre 2016 au Carré / Les Colonnes, à Saint-Médard-en-Jalles,
– vingt représentations du 2 au 25 novembre 2016 au Théâtre de la Bastille, à Paris,
– le 18 mars 2017 au Théâtre de Châtillon,
– du 4 au 7 avril 2017 au Trident, à Cherbourg.

Image par défaut
Gaëlle Bebin

Laisser un commentaire