"Un été avec Montaigne", d'Antoine Compagnon

Antoine Compagnon, "Un été avec Montaigne"Bien sûr, les connaisseurs feront la fine bouche. Ils protesteront que ce livre ne leur apprend rien, se contente de reprendre les généralités les plus convenues sur l’auteur des Essais et préfèreront se replonger dans Hugo Friedrich, Michel Butor ou André Tournon, auteurs, parmi d’autres, d’ouvrages davantage roboratifs.
Mais il y a les autres, ceux qui ont insuffisamment écouté le cours de français de première, qui n’ont pas fréquenté la fac de lettres, qui trébuchent sur une langue toujours délicate, même quand elle est modernisée, qui n’ont en mémoire que quelques considérations vagues (et parfois moins) à propos de Montaigne. Ce sont ceux-là qui, un été durant, ont écouté, sur l’antenne de France-Inter, un éminent professeur au Collège de France, Antoine Compagnon, parler de cet incomparable auteur que fut Montaigne, qui se confond avec son incomparable livre, Les Essais.

 
Les quarante chroniques de quelques minutes diffusées  au cours de l’été 2012 ont été réunies dans un élégant petit livre bon marché qui fait déjà figure de best seller. Du « Que sais-je ? » à La Boétie, du « tout bouge » à la « bonne foi », du « Nouveau Monde » à la « tête bien faite », de la pierre (la maladie) à la mairie de Bordeaux, de la « librairie » au voyage, l’essentiel de ce qu’il faut savoir de Montaigne est présent. Peut-être de façon un peu trop attendue, un peu trop classique, un peu trop sommaire. Mais le genre l’exigeait.
Compagnon, disciple lui-même du sage Michel, a choisi de se tenir à égale distance de l’érudition (déplacée ici) comme de la complaisance démagogique. On lui sait gré, par exemple, de donner d’abondantes citations, sans les déformer, et en fournissant, pour chacune d’elles, une référence précise renvoyant à  une édition fiable et accessible.
Ce petit vademecum sera-t-il suffisant pour augmenter le nombre des lecteurs de Montaigne ? On peut en douter, car les Essais reste un livre difficile, exigeant, polymorphe (ne serait-ce qu’à cause des grossissements successifs) ; que Montaigne ne se résout pas à quelques chapitres, lui qui répugne à donner des leçons, qu’il se défie de la modernité et lui préfère une prudente tradition, qu’il développe une pensée fluctuante, dans son contenu comme dans sa forme (« Mes pensées dorment, si je les rassis »).
Seule une lecture de sympathie, faite de patience et de concentration, permettra de l’apprécier et, sinon  de le comprendre, d’entamer avec lui une vraie familiarité. À une époque où les« vacations farcesques » priment, où le negotium a pris le dessus sur l’oisive réflexion et le sage recul, les habitués de la Toile et des textos auront du mal, en dépit de ce petit livre aux vertus apéritives,  à se convertir à la lecture des Essais.

Yves Stalloni

 
• Antoine Compagnon, « Un été avec Montaigne », Édition des Équateurs, 2013.
• Découvrir ou réécouter la série d’émissions consacrées à Montaigne par Antoine Compagnon et Daniel Mesguich sur Fance Inter.
 
Les "Essais" de Montaigne dans la collection "Classiques abrégés" de l'école des loisirs
 
Les Essais de Montaigne ont été publiés dans la collection « Classiques abrégés » de l’école des loisirs pour permettre aux collégiens et aux lycéens d’avoir une vision globale de cette œuvre majeure. 
• Tous les livres de la collection Classiques.
• Tous les livres de la collection Classiques abrégés.
• De nombreuses études des « Essais » sont accessibles dans les Archives de l’École des lettres. 

 
Image par défaut
Yves Stalloni

Un commentaire

  1. Redécouvrir Montaigne avec Antoine Compagnon… Quel aubaine et pour les futurs professeurs de lettres et pour les autres… Montaigne, ce penseur de « l’in-certitude ». S’il était encore vivant aujourd’hui, jour d’élection locale, il aurait été à coup sûr mon élu. Et si les politiques relisaient enfin Montaigne… Ou, s’ils n’en trouvent pas le temps qu’ils préfèrent les cours d’Antoine Compagnon à ceux de communication.

Laisser un commentaire

17 + quatre =