Utiliser le multimédia pour renouveler ses pratiques

Une célèbre société propose des formations à ses acheteurs et clients pour les familiariser avec l’ordinateur qu’ils se sont procuré. Outre les manipulations de base, le client apprend à se servir du logiciel permettant le montage de film, le travail sur la photo, etc. L’offre de formation permet ainsi à cette entreprise de conquérir et fidéliser des clients. D’autres sociétés privées, hélas, profitent de la peur ou d’une certaine misère intellectuelle pour vendre leurs services. Cotées en Bourse, elles affichent en permanence leurs offres dans les moyens de transport.

Il ne s’agira cependant pas ici de comparer un système fondé sur l’argent à la formation publique, et notamment à celle des élèves ou de leurs professeurs, mais de considérer les ressources que le numérique peut nous offrir.

.

Le certificat Informatique et Internet

On s’accordera d’emblée pour dire que les ressources numériques ne peuvent en aucun cas remplacer le professeur et sa parole, mais qu’elles contribuent à modifier la relation d’apprentissage, à l’enrichir, et parfois à la rendre plus vivante.

Mais partons de ce qui existe depuis la mastérisation : la mise en place du référentiel C2i2e. Ce certificat, indispensable à tout candidat au CAPES ou à l’agrégation, est désormais obligatoire. Un certain nombre d’universités sont établissements certificateurs.

Mettre en place ce C2i2e n’a pas été facile et il faudra encore faire évoluer les référentiels. Mais on sait bien que, sans un minimum de compétences dans ce domaine, les professeurs auront du mal à travailler dans les années à venir. En effet, on installe maintenant des tableaux numériques interactifs, on développe le parc informatique (avec des écarts et des obstacles), on enrichit le catalogue des ressources, consultable par exemple sur Educnet. Mais aussi et surtout le professeur a en face de lui des enfants ou adolescents qui sont nés avec l’ordinateur portable, le téléphone mobile et la caméra et un certain nombre d’applications et de logiciels que l’auteur de ces lignes n’imagine même pas.

Former les futurs enseignants au numérique est aussi une façon de développer une certaine créativité. Une application sur Internet vous propose de créer votre magazine. La version web ne coûte rien ; la publication PDF se paie. Mais on se figure mal quel élan cet outil génère, quand on l’applique à une œuvre étudiée en classe. Partant d’une expérience relatée en son temps dans l’École des Lettres, nous avons transformé Le Père Goriot en magazine people. Après tout, les situations scabreuses et les coups du sort ne manquent pas plus dans ce roman que dans Golo, Voilà, ou Privé.

Une autre application sur téléphone portable permet de travailler sur la caricature. Elle permet de déformer des visages, de les vieillir ou de montrer sur une face les effets d’une alimentation peu diététique. Partir de l’image pour écrire ; cela se fait et se fera à partir de Daumier ou de ses confrères prestigieux, mais c’est aussi envisageable ainsi.

.

Les ressources de l’image

Et puis il y a les ressources de l’image et du cinéma. Les possibilités qu’offre un simple logiciel de montage sont immenses et son maniement ne nécessite pas des heures d’apprentissage fastidieux.

Il ne s’agit pas de mettre ces compétences nouvelles au cœur de la formation à venir. Mais il faut qu’elles soient là, qu’elles fassent l’objet d’ateliers, qu’elles s’apprennent par l’échange, par la pratique et l’expérience, que l’ouverture existe.

Il faut surtout que cet apprentissage soit interdisciplinaire et que l’usage qu’on en fera puisse également l’être : un professeur de découverte professionnelle qui enseigne comment s’organise un entretien professionnel a besoin de travailler la rhétorique avec le professeur de lettres et l’art de se placer devant son image, ou de donner une image favorable de soi avec une caméra. Il faut aussi apprendre à se présenter autrement qu’en mots et la langue de l’image (mobile ou fixe) est précieuse. Un professeur de langue qui organise un voyage à Berlin ou à Madrid a, de même, besoin d’apprendre comment on fabrique un diaporama, comment on y entre du texte, comment on monte un film présentant les lieux visités. Sans parler du blog et des ressources qu’il offre, tant sur le plan disciplinaire qu’interdisciplinaire.

Ce dont on a besoin dans la formation qui commence, c’est de concret, c’est de créatif et de stimulant. Ce n’est pas exclusif ni prioritaire, mais sans cet élan vers ce qui nous arrive, nous nous privons de bien des ressources.

Norbert Czarny

• Les ressources numériques d’Educnet.

Le référentiel C2i2e.

Image par défaut
Norbert Czarny

Laisser un commentaire