La scène d’affrontement au théâtre (séquence)

La scène d’affrontement est souvent le point d’aboutissement de toute une progression et constitue un moment dramatiquement fort dans l’économie générale de toute pièce de théâtre. Si elle dépend des scènes qui la préparent, elle garde néanmoins une certaine unité, au point d’être facilement isolable et compréhensible sans qu’il soit nécessaire de recourir au contexte. Cette autonomie est en partie due à une typologie qui lui serait propre : toutes ces scènes présentent certains invariants, sur le plan structurel comme sur le plan linguistique. Ce sont ces constantes que cet article se propose de dégager dans un processus, dont l’originalité tient à la place centrale laissée au jeu théâtral. Cet article rend compte d’une expérience de pratique théâtrale menée avec des élèves d’une classe du cycle central, mais également avec des enseignants, dans le cadre d’un stage de formation. D’une durée d’une dizaine d’heures, cette séquence pourrait initier une étude consacrée au théâtre et préparer la lecture intégrale d’une comédie ou d’une farce. Corpus : – « Les Fourberies de Scapin », de Molière (acte 2, scène 1) – « L’Avare », de Molière (acte 1, scène 4) – « L’Éventail », de Goldoni (acte 2, scène 6) – un extrait de « Zoo de nuit », de Michel Azama – un extrait de « Internat », de Daniel Besnehard – « Hors les murs », de Jean-Gabriel Nordmann, in « Brèves d’auteurs »
Niveau(x) d'études :
cinquième
Programmes :
lecture - théâtre
Fichier(s) lié(s) :
Abonnez-vous pour acceder aux fichiers...
Page(s) :14