Le numéro 4 de L’École des lettres
vient de paraître

Montez sur scène avec vos élèves ! Lisez du théâtre, jouez des pièces contemporaines, organisez des concours d’éloquence. Choisissez Colette au bac de français. Découvrez la nouvelle BD de Zep qui anticipe une société équipée de cerveaux assistants. Souvenez-vous du 17 octobre 1961… Le sommaire, c’est par ici.

Décomposée, de Clémentine Beauvais, inspiré par « Une Charogne », de Baudelaire

Roman-poème en vers libres paru dans une collection dédiée à la poésie, « L’Iconopop » (chez L’Iconoclaste), Décomposée, de Clémentine Beauvais, donne la parole à « Une Charogne », de Baudelaire. C’est aussi l’occasion d’un regard contemporain et transversal sur Les Fleurs du mal, au programme de l’épreuve anticipée de français.

Par Delphine Thiriet, professeure de lettres

Capes 2022 : des résultats inadmissibles

Comme nombre d’enseignants, Pascal Caglar, professeur de lettres à Paris, a été scandalisé par les résultats d’admissibilité au Capes externe 2022. En pleine crise des vocations, alors que les recrutements sont en berne, il livre ce billet d’humeur.

Pascal Caglar, professeur de lettres

Lieux, de Georges Perec : l’inédit inachevé parait

Dans Lieux, l’auteur de La Vie mode d’emploi décrit douze lieux parisiens sur le mode des choses vues, puis les redécrits plus tard de mémoire, et ainsi de suite pendant douze ans. Une construction mathématique tout oulipienne, qui stimule l’écriture, la mémoire, l’imaginaire et le lecteur. Cet ouvrage inédit paraît aujourd’hui, quarante ans après sa mort, et en accès libre en ligne. C’est un événement.

Par Norbert Czarny, critique littéraire

Comment j’ai créé une collection
« Théâtre jeunesse »

Lire du théâtre, pour soi ou en groupe. Voir du théâtre sur scène. Et parfois en jouer ? Autrice et directrice de la collection « Théâtre » à l’école des loisirs, Brigitte Smadja témoigne de ses propres découvertes comme lectrice, enseignante et éditrice.

Par Brigitte Smadja, autrice et directrice de collection à l’école des loisirs

SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE
Guillaume Apollinaire et Charles Ray :
deux artistes dans leur modernité

Au programme des classes de première générale, Alcools, de Guillaume Apollinaire, permet
d’engager une réflexion sur la notion de modernité dans la création artistique. Ici en tissant des liens avec le sculpteur américain contemporain Charles Ray dont certaines des œuvres sont
exposées à la Bourse de Commerce à Paris, et ce jusqu’au 6 juin.


Par Haude de Roux, professeure de lettres classiques

AUTOUR DE LA REVUE
L’École des lettres se lance dans l’édition

La première aventure est collective : la proposition est arrivée de Belgique où quatre universitaires ont nourri le projet d’éditer les formations qu’ils dispensaient en ligne autour de la littérature de jeunesse. Comprendre la littérature de jeunesse. Le livre du Mooc de l’université de Liège , paraît ce mois de mars en coédition franco-belge Pastel/L’École des lettres.

AUTEURS CONTEMPORAINS
Maryline Desbiolles : quand les mots avancent dans le paysage

Entrée en littérature par la poésie, poursuivant par les biographies et les romans, lauréate du prix Femina en 1999 pour Anchise, Maryline Desbiolles fait entendre un « je » ancré dans le présent, très proche du lecteur, et très sensibles aux arts.

Par Norbert Czarny, critique littéraire

SOMMAIRES DES NUMÉROS
Sommaire n°4. Mai-Août 2022

Découvrez le sommaire complet du numéro 4 de L’École des lettres, mai-août 2022, consacré à la scène dans toutes ses formes.

ACTUALITÉS CINÉMA
Les Passagers de la nuit, de Mikhaël Hers

Fresque sociale et familiale sur fond d’élections présidentielles en 1981, le nouveau film du scénariste et réalisateur français dresse un portrait de groupe, convoque des rêves évanouis et annonce la rigueur à venir.

Par Philippe Leclercq, professeur de lettres et critique

ACTUALITÉS THÉÂTRE
L’Avare chez les Helvètes

Transplantée en Suisse par l’actrice et metteuse en scène Lilo Baur, l’avarice frappe des êtres qui font métier d’argent. Son théâtre physique s’appuie sur une puissante mécanique des corps et joue, à la Comédie-Française, des effets de contraste entre les attitudes des personnages et les lieux où ils se trouvent.

Par Philippe Leclercq, professeur de lettres et critique