Mise en œuvre des programmes de collège : le décloisonnement

Les compléments aux programmes des classes de sixième et cinquième (BO du 30 juillet 1987) affirmaient déjà que « l’enseignement du français est un enseignement décloisonné ». Peut-être manquait-il alors la notion clé qui induit le décloisonnement : l’étude des formes de discours, nettement formulée dans les programmes de la classe de sixième (1996), dans ceux du cycle central (1997) : «Une démarche unissant l’étude des formes de discours et l’approche des textes implique une logique de décloisonnement : elle fédère les pratiques de lecture, d’écriture et les pratiques orales, organisées dans le cadre de séquences d’enseignement. » Des exemples de séquences sont donnés, dans les documents d’accompagnement, dans des ouvrages. Mais la construction d’une séquence didactique est l’aboutissement du travail du professeur ; l’étape première – dans l’ordre chronologique et dans l’ordre des priorités – est le décloisonnement fondé sur les liens nombreux et variés que l’on peut tisser entre les pratiques d’écriture, de lecture, d’oral et les « outils » de langue.
Rubrique :
Programmes :
mise en œuvre des programmes et progressions annuelles
Fichier(s) lié(s) :
Abonnez-vous pour acceder aux fichiers...
Page(s) :12