Pierre Corneille : les lieux dans « L’Illusion comique »

Avec le renouveau des études baroques, à la suite de Jean Rousset notamment, les publications sur « L’Illusion comique » se sont multipliées et ont concouru à faire de cette pièce l’emblème du théâtre baroque. Cette interprétation passe pourtant par des chemins qui ont parfois de quoi surprendre, tant leur direction s’éloigne pour mieux se recouper. Parmi les points qui ont fait l’objet d’une attention particulière, la question des lieux revient tout naturellement dès lors qu’il s’agit d’étudier les éléments constitutifs du baroque. Cet article propose donc de souligner les difficultés afférentes à ce point, moins dans le dessein d’en renouveler l’interprétation générale – il est désormais acquis que « L’Illusion comique » est une métaphore du phénomène théâtral – que dans l’intention d’indiquer les tensions marquant l’effort de Corneille pour créer du nouveau.
Rubrique :
Siècle :
Ecrivain :
Magazine spécial : Corneille : Le Cid et L’Illusion comique
Programmes :
objet d’étude - théâtre
Fichier(s) lié(s) :
Abonnez-vous pour acceder aux fichiers...
Page(s) :10