Quand Jack London plonge dans Londres

Comment informer, s’informer, déformer, avec l’écrivain envoyé spécial dans l’East End au tout début du xxe siècle. Dans Le Peuple de l’abîme, Londres devient « la ville de tous les possibles », et le journaliste celui qui dénonce horreurs et injustices.
Par Stéphane Labbe, professeur de lettres
Plongée dans Londres au tout début du xxe siècle. Rédigée en 1902, la longue suite de reportages qui constitue Le Peuple de l’abîme présente un tableau halluciné et hallucinant des conditions de vie dans l’East End de l’époque. Jack London s’initie à la pratique du reportage en immersion, en révélant la noirceur et les horreurs de l’abîme londonien. Ces textes sans concession peuvent intéresser une classe de quatrième en fin d’année et permettent d’aborder l’objet d’étude « Informer, s’informer, déformer ». Ils peuvent aussi convenir à une classe de troisième dans le cadre de la problématique « Individu et pouvoir » : il s’agit de montrer que le journaliste s’inscrit dans une démarche de dénonciation qui vise à éveiller les consciences pour changer la société.
Plan de la séquence :
➤ Séance 1. S’immerger dans l’abîme
➤ Séance 2. Un témoin de l’enfer
➤ Séance 3. La fête du couronnement
➤ Séance 4. Les enfants de l’abîme
➤ Quiz

Pour lire la suite, téléchargez l’article ou abonnez-vous !
Ecrivain :
Niveau(x) d'études :
Quatrième
Fichier(s) lié(s) :
Page(s) :8