Échos et déchirure

CINÉMA. Inspiré de faits historiques, le cinquième long métrage de Jasmila Zbanic tisse une fiction qui ramène aux heures les plus sombres du conflit bosniaque. « La Voix d’Aïda » se déroule dans un périmètre unique et fermé, où les civils sont les otages d’une guerre qui les dépasse, autour d’un personnage d’interprète impliquée et écartelée. Par Philippe Leclercq

Un roman à faire tourner les tables

LECTURE ACCOMPAGNÉE. La Capucine de Marie Desplechin peut s’inscrire dans l’axe « Regarder le monde, inventer des mondes », dans la partie « La fiction pour interroger le réel ». Son personnage de Louise, treize ans, éclaire sur cette fin de siècle où les femmes sont toujours considérées comme mineures et prépare les quatrième aux grands romans du XIXe abordés en seconde.