Image par défaut

l'École des lettres

Ailes de géant, épisode 4 Régis Sauder : l’école fait partie de ce qu’on a de plus précieux

Le documentariste réalisateur de En nous mesure la distance parcourue en dix ans par les lycéens de Nous, princesses de Clèves. Comment ils se sont déplacés socialement, comment ils sont devenus parents, conscients des violences sociales, sexistes et racistes d’une société inégalitaire qui fait peu de place aux parcours de jeunes issus des quartiers populaires.

Régis Sauder : « L’école publique fait partie de ce que l’on a de plus précieux »

Le réalisateur de En nous mesure la distance parcourue en dix ans par les lycéens de Nous, princesses de Clèves. Comment ils se sont déplacés socialement, comment ils sont devenus parents, conscients des violences sociales, sexistes et racistes d’une société inégalitaire qui fait peu de place aux parcours de jeunes issus des quartiers populaires. Sortie en salles le 23 mars.

Propos recueillis par Ingrid Merckx, rédactrice en chef de L’École des lettres

L’École des lettres se lance dans l’édition

La première aventure est collective : la proposition est arrivée de Belgique où quatre universitaires ont nourri le projet d’éditer les formations qu’ils dispensaient en ligne autour de la littérature de jeunesse. Comprendre la littérature de jeunesse. Le livre du Mooc de l’université de Liège , paraît ce mois de mars en coédition franco-belge Pastel/L’École des lettres.

Nouvelle chronique
«Découvrir la littérature contemporaine» 

Lire Gide n’est plus si courant, Faulkner est difficile, et que dire de Pierre Guyotat ? À la place, des prix, parfois de qualité, sont souvent attribués parce qu’on sait les livres « vendeurs ». Nous nous proposons, au fil des chapitres de cette chronique, de donner à lire des autrices et auteurs qui peuvent émouvoir, intéresser, éclairer une époque confuse, et peut-être – le plus souvent à travers des extraits – être lus par des collégiens ou lycéens.