Philippe Leclercq

Philippe Leclercq

Moman – Pourquoi les méchants
sont méchants
,
de Jean-Claude Grumberg :
remède contre « la blouse »

À la Scala, Noémie Pierre met en scène l’histoire d’une mère et de son fils que les mots bistournés rapprochent et protègent de la guerre, dans une petite cahute pleine de fantômes, de jours vides et de rires. Elle s’inspire d’un texte de Jean-Claude Grumberg initialement pour la jeunesse et vraiment pour tout âge.
Par Philippe Leclercq, critique

Notre Planète. Chronique n° 9.
Exposition Théodore Rousseau

Le Petit Palais réunit une centaine d’œuvres de Théodore Rousseau, paysagiste français, cofondateur de l’école de Barbizon et ardent défenseur de la forêt. Une grande joie pour les amoureux de nature autant que les esthètes qui goûteront le talent d’un artiste doué d’une précoce conscience écologique et voulant peindre la nature pour elle-même.
Par Philippe Leclercq, critique

Les Bonnes, de Jean Genet :
le fantasme morbide des robes de Madame

Régal de construction dramatique, la plus célèbre pièce de Jean Genet, inspirée par l’affaire des sœurs Papin, est jouée au Théâtre 14 puis part en tournée. La mise en scène pétulante de Mathieu Touzé souligne, au-delà du conflit de classes, l’importance de l’inversion des identités et du travestissement.
Par Philippe Leclercq, critique

La Zone d’intérêt,
de Jonathan Glazer

En suivant le quotidien du commandant d’Auschwitz-Birkenau et de sa famille, Jonathan Glazer filme la théâtralité d’un monde qui fait mine de ne pas voir ni entendre, ni même sentir l’odeur des cheminées qui tournent à plein régime, dans un coin de l’image.
Philippe Leclercq, critique