Notre Planète : S’éduquer, s’informer, pour mieux agir

Devant l’urgence climatique, chaque degré et chaque action comptent. L’École des lettres lance une rubrique croisant notamment les lettres, les sciences, les arts, l’économie et la pédagogie pour évoquer le sort de la Terre et du vivant. Une nouvelle référence pour démarrer : Le Grand Livre du climat, sous la direction de Greta Thunberg.

Par Ingrid Merckx, rédactrice en chef de L'École des lettres

Ailes de géant, épisode 8 :
Philippe Meirieu, « enseigner ce qui libère et ce qui unit »

Le pédagogue Philippe Meirieu vient de publier, avec le philosophe Abdennour Bidar, un essai chaleureusement intitulé Grandir en humanité (Autrement). Ils y défendent un enseignement qui libère et unit, pour permettre à chacun de se construire parmi des semblables avec sa singularité. La littérature et les oeuvres jouant le rôle de commun. L'entrée dans l'écrit reste sous-estimée à l'école selon lui, alors que l'écriture est une des caractéristiques de l'être humain.

Parce que chaque élève compte :
pour le meilleur, sans le pire

Cet ouvrage du collectif Territoire vivants, coédité par les Éditions de l’Atelier et L’École des lettres, présente deux cents pages de résistance pour des pédagogies exigeantes contre les assignations territoriales, la concurrence des mémoires, les inégalités de traitement. De quoi inspirer enseignants et responsables administratifs et politiques.

Par Alexandre Lafon, professeur d’histoire

Brigitte Giraud, prix Goncourt 2022

Brigitte Giraud

La romancière a remporté, ce jeudi 3 novembre, la prestigieuse récompense pour Vivre vite (Flammarion). Un très beau roman universel où elle enquête sur les journées qui ont précédé l’accident mortel de son compagnon. Elle publie également Porté Disparu (l’école des loisirs), un roman choral sur la disparition d’un jeune lycéen après un exposé en classe.

Par Norbert Czarny, critique littéraire

Ailes de géant, épisode 7 :
Brigitte Giraud autour de son roman Porté disparu

Romancière, notamment sélectionnée pour le prix Goncourt, le Goncourt des lycéens, le prix Décembre et le prix Femina 2022 pour Vivre vite (Stock), Brigitte Giraud publie Porté Disparu (l'école des loisirs). Ce roman choral raconte la disparition de Livio, jeune homme de 17 ans malmené par une partie de ses camarades lors d'un exposé au lycée sur le médecin allemand Magnus Hirschfeld, les premiers autodafés nazis et la répression des homosexuels...

Phénix – L’Oiseau de feu, la saga culte d’Osamu Tezuka

Surnommé « le dieu du manga », Osamu Tezuka est une figure fondamentale du manga et de la bande dessinée mondiale. Il est possible d’entrevoir la portée de son travail au travers de ce qu’il considérait lui-même comme son grand œuvre : Phénix - L’Oiseau de feu. La série vient d’être rééditée en édition prestige chez Tonkam.

Par Rémi I., professeur des écoles et critique

Le Monde de demain :
les origines du groupe NTM

Le développement du rap en France tient à l’association explosive de deux jeunes de Saint-Denis. L’histoire du groupe légendaire NTM démarre quand Joey Starr et Kool Shen graphent sur les murs de leur cité du « 9.3 ». Saluée par la critique, la mini-série de Katell Quillévéré et Hélier Cisterne retrace la genèse de leur succès tapageur et de l’explosion de la culture hip-hop dans les années 1980.

Par Antony Soron, maître de conférences HDR,
formateur agrégé de lettres, Inspé Paris Sorbonne-Université

Jean Echenoz, l’élégance mélancolique de la narration

Les Éditions de L’Herne consacrent un « Cahier » à Jean Echenoz et une œuvre « qui n’a cessé de déplacer ses enjeux pour interroger de nouvelles formes narratives », chaque nouveau roman éclairant d’une manière nouvelle les précédents. Traversée avec l’appui d’auteurs comme Maylis de Kerangal, Tanguy Viel et Laurent Mauvignier.

Par Norbert Czarny, critique littéraire

Sombres jours pour les profs

Une enquête de L’Autonome de solidarité laïque, publiée par Éric Debarbieux et Benjamin Moignard le 18 octobre, révèle que le climat scolaire s’est nettement dégradé en dix ans pour les personnels encadrants et enseignants. En pleine crise des recrutements, 51 % d’entre eux pensent à démissionner.

Par Pascal Caglar, professeur de lettres