L’odyssée sensorielle

Dans la logique de ses « manifestes », le Muséum d’histoire naturelle invite à reprendre contact avec la nature en plein Paris en s’immergeant dans un univers d’images, de sons et d’odeurs issus des règnes animal et végétal.

Par Philippe Leclercq, professeur de lettres et critique

Écriture inclusive ou épicène ?

pparaître simultanément les formes féminines et masculines d’un mot employé au masculin lorsque celui-ci est utilisé dans un sens générique », ferait peser « un risque énorme » sur « la transmission du français ». En outre, elle « modifie le respect des règles d’accord usuelles attendues dans le cadre des programmes d’enseignement ». L’écriture inclusive n’étant pas enseignée, cette circulaire visait surtout à trancher un débat en cours au Sénat : les défenseurs de l’écriture inclusive voulant, notamment, en finir avec un apprentissage du français fondé depuis le XVIIe siècle sur la règle selon laquelle « le masculin l’emporte sur le féminin ». Cette formulation draine, selon eux, outre des accords grammaticaux, un système de pensée.

Ailes de géant, épisode 2 :
laïcité en partage

En ces temps de campagne ministérielle sur la laïcité à l’école, mais aussi de polémique sur les prénoms en France, l’occasion était belle de faire se rencontrer un écrivain, Brigitte Smadja, et un professeur d'histoire, Jean-Riad Kechaou, pour une discussion autour des paraboles, des rituels religieux et du partage. 

Brigitte Smadja vient de publier Le jour où tout a failli basculer (l'école des loisirs).

Jean-Riad Kechaou enseigne au collège en Seine-et-Marne et a signé pour L'École des lettres des articles sur l'enseignement des faits religieux et de la laïcité.