Le paradoxe de l’assertivité

Seule la phrase était assertive jusqu’à ce qu’en 2016, le Petit Robert déclare l'adjectif « assertif » apte à qualifier non plus seulement des énoncés, mais aussi des personnes. Curieuse ruse du langage, qui n'étonnera pourtant aucun familier de la physiologie propre au développement personnel.
Par Marie Pérouse-Battello, lexicographe au Service du Dictionnaire de l’Académie française

« Ce qui me pousse à écrire, c’est la question de la manipulation des masses »

Brigitte Giraud
La romancière Brigitte Giraud publie Porté Disparu, une fiction découpée en monologues autour de la disparition d’un jeune homme de 17 ans. Le drame est survenu après un exposé en cours d’histoire sur les premiers autodafés nazis et la répression des homosexuels.
Propos recueillis par Ingrid Merckx, rédactrice en chef de L’École des lettres

Porté disparu : trouver les mots

Dans ce roman au conditionnel passé, Brigitte Giraud retrouve les personnages de Jour de courage et les fait s’exprimer à tour de rôle au sujet de la disparition de Livio,17 ans, après un exposé en classe sur Magnus Hirschfeld, médecin juif allemand.
Par Nobert Czarny, critique littéraire

Molière. La fabrique d’une gloire nationale (1622-2022)

Du saltimbanque à Sidi Molière, retour sur le parcours de celui qui est devenu un mythe national et l’auteur dramatique le plus traduit, le plus lu et le plus joué au monde. C’est ce que raconte Martial Poirson, professeur d’histoire et d’études théâtrales, dans un essai conçu comme l’album du quadricentenaire.
Par Alain Beretta, professeur de lettres

« Un marchepied vers des découvertes »

Pour Sébastien Cavalier, président du pass Culture, le projet gouvernemental porté par le candidat Macron en 2017, en direction des jeunes de 18 ans, n’a connu qu’une seule version évolutive. Dernières innovations : s’étendre aux jeunes de 15 à 17 ans, ainsi qu’aux établissements scolaires. Le livre reste l’offre la plus prisée chez les jeunes, le spectacle vivant chez les enseignants.
Propos recueillis par Ingrid Merckx, rédactrice en chef de L'École des lettres

La Trahison d’Einstein, d’Éric-Emmanuel Schmitt : confrontations de valeurs

La Trahison d’Einstein est une pièce construite par le dramaturge franco-belge sur une bataille d’arguments entre le savant et un vagabond. C’est une œuvre indiquée pour l’objet d’étude « Individu et société : confrontations de valeurs » en quatrième, et « Agir dans la cité : individu et pouvoir » en troisième.
Par Stéphane Labbe, professeur de lettres

« Ce qui nourrit mon œuvre : réfléchir à des possibles »

Bpocalypse d’Ariel Holzl est paru peu avant le premier confinement. Un sacré clin d’œil pour ce roman « post-apo » où des lycéens survivent dans une ville-monde, Concordia, repliée en autarcie après une catastrophe. Ils doivent notamment cohabiter avec une caste de dirigeants décidée à exterminer de nouveaux arrivants mutants.
Propos reccueillis par Ingrid Merckx

Le Secret derrière la porte, de Fritz Lang

Étudié en spécialité cinéma en terminale, ce chef-d’oeuvre de Fritz Lang convoque des références à l’expressionnisme allemand, à la psychanalyse de Freud ou au film gothique centré sur une héroïne confrontée au rêve et à la mort. Il permet aussi d’aborder le rôle du cinéaste au travail. De quoi intéresser dès le cycle 4.
Par Juliette Goffart, professeure de lettres et de cinéma, et critique de cinéma

Le rôle majeur des enfants traducteurs

Responsabilités inversées ou épiphanie : les enfants de migrants qui traduisent pour leurs parents portent un poids et ne maîtrisent pas toujours les codes et les usages liés au français. En outre, la langue d’accueil prend le pas en France sur la langue maternelle contrairement à ce qui a cours en Angleterre et dans les pays du Nord.
Par Sai Beaucamp-Henriques, professeure de français langue étrangère