Sido, « la solitaire ivresse du chercheur de trésor »

Entrée au programme de français en première, Sido est une œuvre solitaire, une quête intime dans laquelle Colette part au pays de l’enfance. Elle sillonne son quartier natal comme sa mémoire, et son expérience autobiographique passe par des formules sensorielles.
Par Haude de Roux, professeure de lettres classiques

Douze ans dans l’esclavage : mettre en mots l’indicible expérience

Dans le cadre de l’objet d’étude de troisième « Se raconter, se représenter », le témoignage de l’afro-américain Solomon Northup permet d’interroger : comment les récits de soi aident-ils à comprendre une société, des événements historiques et leurs résurgences dans l’actualité ?
Par Inès Hamdi, professeure de lettres (Seine-Saint-Denis)

L’autobiographie au collège
et au lycée

Parmi les succès éditoriaux, on ne compte plus les biographies et autobiographies. Pour autant, la scolarisation du « genre » biographique reste à interroger en fonction de la place qu’il occupe réellement dans les programmes.
Par Antony Soron, maître de conférences HDR, formateur agrégé de lettres, Inspé Sorbonne Université.

Enseigner la Shoah : le projet « Convoi 77 ».
« Apprenez à comprendre au lieu de chercher à haïr. » 

À l’occasion de la Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité, le 27 janvier, Clément Huguet, professeur d’histoire-géographie, témoigne, dans une tribune du journal Le Monde, du projet pédagogique mis en place au collège Michel-Richard-Delalande d’Athis-Mons (Essonne) autour des déportés du convoi 77.
Par Clément Huguet, professeur d’histoire-géographie au collège Michel-Richard-Delalande à Athis-Mons (91)

De Diderot à Rivette :
La Religieuse, un scandale revisité

Retour sur la genèse et les différentes réceptions de La Religieuse, depuis le roman de Denis Diderot, qui figure au programme de l’agrégation de lettres pour la session 2023, jusqu’au « scandale » provoqué par l’adaptation cinématographique mémorable de Jacques Rivette.

Par Antony Soron, maître de conférences HDR, formateur agrégé de lettres, Inspé Sorbonne Université

« Ce qui me pousse à écrire, c’est la question de la manipulation des masses »

Brigitte Giraud
La romancière Brigitte Giraud publie Porté Disparu, une fiction découpée en monologues autour de la disparition d’un jeune homme de 17 ans. Le drame est survenu après un exposé en cours d’histoire sur les premiers autodafés nazis et la répression des homosexuels.
Propos recueillis par Ingrid Merckx, rédactrice en chef de L’École des lettres

Porté disparu : trouver les mots

Dans ce roman au conditionnel passé, Brigitte Giraud retrouve les personnages de Jour de courage et les fait s’exprimer à tour de rôle au sujet de la disparition de Livio,17 ans, après un exposé en classe sur Magnus Hirschfeld, médecin juif allemand.
Par Nobert Czarny, critique littéraire